Turquie : un jour, un tchaï – De Bodrum à Istanbul

La légende disait vrai : "guel, tchaï"

La légende disait vrai : « guel, tchaï »

Domino non capito

Domino non capito

Quelques kilomètres après Bodrum, nous nous arrêtons dans une carrière de marbre pour demander de l’eau. Kazim, le contremaitre, comprend que nous allons camper dans la colline au-dessus. Il téléphone sans sourciller à la propriétaire de la carrière, qui parle anglais. Elle nous explique qu’il y a des sangliers aux alentours : les ouvriers nous logerons.

Kazim, Mustafa, Ramazan, Serhat, Halil sont les cinq ouvriers qui exploitent cette carrière. Ils vivent ici, dans ces baraquements. Serhat, le plus jeune, habite à l’autre bout de la Turquie. Il ne rentre chez lui que rarement. Quinze minutes après notre arrivée, les ouvriers ont arrêté de travailler. Pendant que l’un d’eux vide une des pièces pour la transformer en chambre, un autre prépare à manger. Aucun de nos hôtes ne parle anglais. De notre côté, les 10 mots de turc que nous apprenons chaque jour ne couvrent que les besoins primaires. Mais nos hôtes les satisfont sans même que nous ayons à le leur demander.

FormatFactorycarriereQuant à Kazim, nous n’avons pas la force de l’arrêter quand il bombarde nos dérailleurs de decap’four pour nous aider à nettoyer nos vélos…

FormatFactorydecap'four

Dans les jours qui suivent, nous retrouvons la tente. On en profite tant qu’il fait pas trop froid.
Notre réchaud nous a fait faux-bond, donc on cuisine au feu de bois. Et après un bon petit repas, c’est inhalation d’eucalyptus dans la tente !

FormatFactoryrechaud kaputFormatFactorykeskifait

En Turquie, plus besoin de mettre le réveil le matin. La première prière a lieu au lever du jour, entre 5 et 6 heures du matin et le muezzin ne manque jamais de nous le faire savoir. On visite de magnifiques mosquées, lieux de vie et de prière où il fait bon s’arrêter quelques instants, et déambuler sur les tapis moelleux.

Vivre sa religion avec son temps, en conciliant tradition et technologie, est un défi. Moments de vie d’un musulman. FormatFactoryVie mosquee 3FormatFactoryVie mosquee 1

Vivre sa religion avec son temps, en conciliant tradition et technologie, est un defi. Moments de vie d’un musulman.

Les routes turques ont mal accueilli nos fessiers. Après avoir zigzagué entre les nids de poule sur la route de la carrière, les cailloux concassés font vibrer nos montures.

En route vers le lac Bafa et la cité antique d'Heraklia

En route vers le lac Bafa et la cité antique d’Heraklia

Des citernes sont construites en bord de route. Elles consistent en une coupole blanche, percée d’une porte. Invariablement, un escalier descend vers un bassin de cinq mètres par cinq. Et dire que de l’extérieur, nous avons cru revoir ces satanés bunkers albanais !

FormatFactoryciterne-bunker

Heraklia est un livre à elle seule. Au milieu de ces milliers de rochers en forme de boule, la cité fut bâtie sur les rives du lac Bafa. Sa nécropole grecque rassemble 2500 tombeaux creusés à même les rochers épars dans la colline. Chaque pas est l’occasion de découvrir un nouveau couvercle de tombeau, dont les plus grands font quatre mètres de longueur, soit une tonne.

Plus tard, beaucoup d’ermites chassés du Sinaï firent de ces collines leur retraite. Ils y creusèrent des centaines de rochers en voute, ou s’installèrent sur des pitons rocheux pointus comme des colonnes (en grec stylos). On les appellera les Stylites.

En se promenant au milieu des champs d’oliviers, nous sauvons une tortue : la pauvre était sur le dos. Après les deux chiens et le chat, notre répertoire de secours animaliers s’allonge.

Aujourd’hui l’on visite les ruines au milieu du village. Les scènes sont cocasses : les vaches paissent au milieu des ruines, l’école s’appuie sur le temple d’Athéna, les bergers reconstruisent les remparts pour en faire des enclos a chèvre. C’est simple, le guichet de visite est à l’entrée du village.

Lac Bafa

Lac Bafa

Nous poursuivons notre tournée des sites antiques avec Millet, ville d’origine du célèbre Thalès. On ne pouvait pas y couper.

FormatFactoryun discours, un discours !

Visite du site antique de Millet. Seule contre 15.00. Un discours, un discours !

Le guide vert michelin 2011, une évidence

Le guide vert michelin 2011, une évidence

Arrivés à Prienne, le guichet est fermé mais le site ouvert. Nous visitons, seuls, les antiques pierres à la tombée du jour et contemplons le coucher de soleil à travers les colonnes du temple d’Athéna.
Revenus à l’entrée du site, toujours personne. Nous faisons les réparations d’usage des vélos dans les toilettes. Toujours personne, nous nous douchons. Après un petit kebab dans la seule lokanta ouverte de la ville, nous revenons vers le site. Toujours personne, nous décidons de planter la tente sous la guérite des tickets.

FormatFactoryle Guide 3

FormatFactoryYogapriene

FormatFactoryc'est une vraie photo

Voir Ephèse et mourir. Ses grandes avenues, ses bâtiments publics, son théâtre de 25.000 places, sa bibliothèque et ses maisons patriciennes font l’objet de superbes restaurations.

Dans un coin de rue, des latrines publiques. Dans une salle carrée, une banquette de marbre flanque les murs. Elle est percée de dizaines de trous. Au milieu, un bassin. Les turcs n’ont rien inventé…

Lu sur un graffiti d’époque : « Et paf, dans t’Ephese ». Quels blagueurs ces romains.

FormatFactorypaf dans tephese
En terre musulmane point de Noël. Nous passons le 24 au soir dans le bus entre Izmir et Bursa, avec une boîte de loukoums en guise de chocolats.
Le 25, on déguste un délicieux Iskender Kebap, cuit au charbon et recouvert de beurre bouillant. Et le soir, petit concert de saz, flûte et synthétiseur. Pour une fois il y a quelques femmes dans le café.

Repas de Noël. Délicieux mais ça manque de foie gras...

Repas de Noël. Délicieux mais ça manque de foie gras…

Tournée de chaï pour tout le monde

Tournée de chaï pour tout le monde

Grèce

24 Novembre, arrivée en Grèce. Il nous reste un mois pour parcourir les 700 km qui nous séparent d’Istanbul. Puisqu’on est en avance, on commence par s’installer une petite semaine chez Bernadette et Antoine à Thessalonique. On se repose, on se régale et on peaufine nos connaissances sur la Grèce Antique. On prend goût aux « N’oublie pas ton bonnet » et « Tu reprendras bien un peu de gâteau ? ».
On attend aussi la réparation du vélo de Pierre dont la fourche ne lui permet plus de tourner de plus de 15°.

Le premier janvier est encore trop loin, alors on décide d’entamer une traversée culturelle de la Grèce, de Thessalonique à Athènes.
Premier arrêt au Mont Olympe, dans le brouillard le plus total. Faute de gravir le sommet mythique, on s’occupe de secourir une chienne boiteuse et sa famille.

Chez Bernadette et Antoine

Chez Bernadette et Antoine

Musée de Thessalonique

Musée de Thessalonique

En Grèce, c'est pas comme en Albanie, quand le monsieur dit "on ne passe pas", y a pas moyen de négocier...

En Grèce, c’est pas comme en Albanie, quand le monsieur dit « on ne passe pas », y a pas moyen de négocier…

Ce qui nous vaut un bon détour par les montagnes

Ce qui nous vaut un bon détour par les montagnes

Mont Olympe

Mont Olympe, avant la pluie

Puis les Météores, dans le centre de la Grèce. Les monastères perchés sur des pythons rocheux jouent à cache-cache avec les nuages. Mystérieux spectacle.
Nous en visitons trois. La formule est un peu commerciale, les bonnes sœurs ont des allures de VRP, mais ça vaut le détour.

FormatFactoryMeteores

Jupe obligatoire pour la visite des monastères

Jupe obligatoire pour la visite des monastères

5 000 !

5 000 !

Petit café au réchaud au bord de la nationale avec deux cyclistes français

Petit café au réchaud au bord de la nationale avec deux cyclistes français

La grisaille est toujours là, la Grèce n’est pas le petit paradis ensoleillé de la carte postale. Mais on garde le moral et on continue la route. A Delphes, la Pythie ne peut rien pour nous.

Temple d'Appollon

Temple d’Appollon

La guerre est déclarée... contre les centaines de chiens grecs croisés sur les routes. Celui-là a osé marqué sur notre tente son territoire.

La guerre est déclarée… contre les centaines de chiens grecs croisés sur les routes. Celui-là a osé marqué son territoire sur notre tente.

Un matin, en quittant notre coquet lieu de villégiature (une centrale hydro-électrique abandonnée), un couinement alarmé nous stoppe. Enfin stoppe Pierre. Certainement un oiseau, je n’y prête pas vraiment attention. Mais quand on a passé son enfance devant « Trente millions d’amis », l’ouïe ne trompe pas : c’est bien un petit chien qui est coincé là au milieu des broussailles. Le pauvre n’a qu’une semaine et est encore aveugle. A ma Grande Joie, il le recueille et lui fait un petit nid dans sa sacoche avant. On tente une insertion avec des copains chiens mais c’est un échec ; il n’y a pas vraiment de solidarité chez ces bêtes-là. Après plusieurs demandes et plusieurs ouzos, c’est finalement Zamir, un incroyable albanais qui recueille le chiot ! Nous sommes aussi de la partie bien sûr. Et le couple est sauvé.

FormatFactoryUn nouveau compagnon de route

Partie de backgammon

Partie de backgammon

Athènes, sous le soleil !
On découvre l’Acropole, ainsi que les musées archéologiques de la ville. On vient de toucher du doigt l’étendue de notre ignorance.
Rencontre aussi de Rosemary, américaine écrivain et journaliste, avec qui on passe une soirée dionysiaque. Elle nous fait miroiter un article dans le New York Times, pour qui elle travaille régulièrement.

Parthénon

Parthénon

Spiros, notre hote athenien

Spiros, notre hote athenien

Enfin Kos, dernière étape avant le Continent Asiatique ! Vous l’aurez compris, on est grave en retard pour notre rendez-vous à Istanbul…

FormatFactoryIle de kos

Ce soir la Turquie !

Albanie et Macédoine

carteNos premiers centimètres en Albanie donnent le ton. L’impression d’être en rase campagne, et pourtant chaque mètre carré le long de la route est clôturé. Ici un lavazh (station de lavage de voiture), puis une maison en construction, dans un champ une vache ou deux, un des 700.000 bunkers albanais, puis une station service flambant neuve. Et ça recommence. Parfois, tout en même temps, les albanais ont le sens de l’accumulation.

Sur et à coté de la route, toutes sortes de véhicules. Carriole à cheval, Mercedes années 90 (mais flambant neuve), et une quantité appréciable de « véhicules hybrides », entre le vélo, la chèvre, la moto, le motoculteur et le tracteur…

Pas de transports en commun officiels ici. On a bien longé une voie ferrée durant toute notre traversée de l’Albanie mais on n’a jamais vu un train. Pas de bus non plus. En revanche tout un tas de petits fourgons privés qui s’arrêtent à la demande, s’il leur reste un peu de place ! Ce sont les pires.

Le fleuron de l’architecture albanaise: le béton. Du sol au plafond, du plafond au toit, du toit au chauffe-eau, c’est le rêve du maçon, le paradigme de la silice. Souvent le rez-de-chaussée est terminé et fermement habité tandis que la construction de l’étage est en stand by, ou sert de maison-démo.. On attend que l’argent rentre dans les caisses, que la famille s’agrandisse, que des cyclistes se pointent.

Les 700 000 bunkers, construits sous la dictature d’Enver Hoxha, paranoïaque de l’invasion, sont maintenant remplis de stères de bois, eux-memes remplis de termites. L’ennemi vient parfois de l’intérieur.

Au rez-de-chaussée, on y fait sécher de la sauge. A l'étage on y joue du yukulele !

Au rez-de-chaussée, on y fait sécher de la sauge. A l’étage on y joue du yukulele !

Et là on entrepose une voiture.

Et là on entrepose une voiture.

Vente de tabac en gros à Skopje

Vente de tabac en gros à Skopje

Ca négocie dur !

Va expliquer a un albanais qui joue aux dominos pourquoi tu vas en Mongolie en vélo…

Ici, il y a de la place pour tout le monde

Ici, il y a de la place pour tout le monde

Autoroute albanaise

Autoroute albanaise, cherchez l’intrus

Bunker

Bunker-grange

Lavazh, l'eau coule à flot pour attirer le client

Lavazh, l’eau coule à flot pour attirer le client

Usine abandonnée

Usine abandonnée

Premiers appels à la prières

Nos premiers appels à la prière

Et 4 000 !

Et 4 000 ! (on arrive même plus a s’arrêter a temps pour la photo)

Et puis il y a les incroyables albanais ! Les « doberden », coups de klaxons et autres grands gestes nous encouragent en permanence. Egalement le coup sur la glotte: viens boire un coup.
Les hommes sont dans la rue, au café, ils jouent aux dominos, fument des cigarettes. « De toute façon y a pas de travail en Albanie ! » Et les femmes sont à la maison. La différence des sexes commence à se faire sentir.
L’hospitalité et l’accueil, les albanais maitrisent. Lorsqu’on demande à planter la tente sur un bout de terrain, on nous loge dans l’étage inhabité, on met les petits plats dans les grands, ou l’inverse. On nous sert le raki (la gnole quoi…) au petit dej (sisi) et surtout qu’on reste assis, on est les invités !

Iona et sa famille

Iona et sa famille

Applique-toi, on te surveille !

Applique-toi, on te surveille !

Repas du soir

Repas du soir

Altino et sa famille

Altino et sa famille

Palais d'un soir

Palais d’un soir, rien que pour nous !

Petit bémol quand-même, l’Albanie est très sale. Les déchets se répandent sur les bords des routes, le long des rivières, c’est difficilement supportable… Pierre avoue publiquement être obnubilé par ce point, un projet est en train de naître sur le papier : développer des centres de tri en Albanie (et certainement dans tous les pays qui suivront !). Avis aux professionnels.

On est content d’arriver en Macédoine pour souffler un peu.
Finalement c’est sale ici aussi. Quelques kilomètres après la frontière, on tombe sur une immense décharge à ciel ouvert, ou plutôt une montagne de poubelles de plusieurs mètres de haut. En rattrapant l’âne qui s’échappe, on rencontre là-haut une famille de travailleurs. Toutes les générations sont occupées à trier les déchets recyclables dans le sillon du tractopelle. Les 4 enfants de 4 ans sont assis, à se maquiller, au milieu des ordures. Dur.

Sans commentaire

Sans commentaire

Heureusement, la Macédoine ne se résume pas à ça.

Ici on écrit en cyrillique, ça nous fait un bon entraînement dans notre apprentissage du russe.

Allez, c’est parti en cyrillique…

C’est cette soirée chez cette famille d’ouvriers occupés à retaper la maison natale, arrosée au raki et au vin nouveau (pourtant on venait juste leur demander de l’eau…).

Soirée chez cette famille d’ouvriers occupés à retaper la maison natale, arrosée au raki et au vin nouveau (pourtant on venait juste leur demander de l’eau…).

Le raki est un peu dur à digérer pour certains, et on est bien content de se reposer une journée entière chez Goce, à Bitola. Tandis que Pierre carbure au doliprane, devinez ce que Goce lui propose pour le remettre sur pied ? Du raki bien sûr !

Raki du matin !

Raki du matin ! (chagrin)

Enregistrement de la symphonie des klaxons

Enregistrement de la symphonie des klaxons

FormatFactoryMacédoineMonastère de Slepce.
Ici les sœurs vivent des productions de leur ferme : des dizaines de ruches, 70 bœufs vendus pour leur viande, des moutons, des cochons, des arbres fruitiers pour faire des confitures, des pommiers pour faire du cidre. Il faut aussi faire les foins pour nourrir tout ce petit monde. On se demande s’il leur reste un peu de temps pour prier !

Et oui, au fait : what’s God doing, hum ?
La discussion avec Sœur Xania n’est pas facile : elle veut bien parler avec nous parce que « god is beside you »… elle se corrige … « behind you ». Pierre, à côté de moi, s’est tout de suite reconnu !
Ce soir, après avoir fait vœu de chasteté devant sœur Xania (qui se voit obligée de nous demander si nous sommes mariés pour savoir si on peut partager le même lit), on entend les chiens s’énerver. Les loups et les ours ne sont pas loin, heureusement nous sommes sous protection divine.

FormatFactoryMonastère de Slepce

Monastère de Slepce

La protection divine est éphémère. Le lendemain, c’est la chute ! Un énorme soleil pile dans l’axe. L’occasion de voir des étoiles. Il va falloir rouler sans dépasser des virages a plus de 20° vu que la fourche est pliée. On tente le coup jusqu’à Thessalonique.

FormatFactoryEt c'est la chute !

Fourche fourchue

Fourche fourchue et sacoche saccagée

Couture au coin du feu

Couture au coin du feu

Première gelée !

Première gelée !

Lac de Dojran, juste avant la frontière grecque

Lac de Dojran, juste avant la frontière grecque

De Krk à Podgorica

Iles de Krk, Cres, et Losinj
La saison est terminée et on a l’impression d’être tout seul sur les routes. Chaque île est comme une montagne posée sur l’eau, quadrillée de murets en pierres sèches et parsemée de quelques brebis égarées. On arrive à Mali Losinj après 48 côtes et autant de descentes : pas de bateau avant 3 jours pour nous ramener sur le continent. On cherche désespérément un pêcheur ou un plaisancier qui pourrait nous convoyer mais il n’y a pas de poisson ou trop de vent dans cette direction.
Pause forcée ! On en profite pour explorer le bout de l’île et prendre nos derniers bains.

Islands of Krk, Cres and Losinj
The season is over and we seems alone on the road. Each island is like a mountain on the water, with small stones walls and a few sheeps. We arrive in Mali Losinj after 48 ribs and as many runs: no boat before three days to take us back to the mainland. We desperately looking for a fisherman or tourist boat but there is no fish or too much wind in this direction.
Forced break! We took the opportunity to explore the tip of the island and take our latest baths.

P'tit déj 4 étoiles

P’tit déj 4 étoiles / 4 stars breakfast

P'tit déj 5 étoiles

P’tit déj 5 étoiles / 5 stars breakfast

FormatFactoryPape et konzumFormatFactorycrique globe

Nuit dans une chapelle

Nuit au pied de la Vierge / Night at the foot of Virgin 

Sur le bateau nous rencontrons Alexis, un cycliste français en recherche de soleil pour passer l’hiver.
Nous roulons avec lui jusqu’à Split où nous sommes accueillis chez Frane grâce au réseau warmshower. Militaire en activité, il prépare un grand voyage à vélo pour sa retraite. Il héberge les voyageurs de passage en attendant de profiter du réseau à son tour.

On the boat we meet Alexis, a French cyclist searching for sun during winter.
We cycle with him to Split where we are welcomed by Frane, a Warmshower member. Military, he prepares a big bike trip for his retirement. It accommodates travelers crossing waiting to take advantage himself of the network.

Leçon d'éléphant en canette

Leçon 1 : l’éléphant en canette / Lecon 1: can’s elephant

L’énorme route qui longe la côte croate n’est pas très fréquentable. La circulation est dense et le vent capricieux. Nous faisons plusieurs escapades dans l’arrière-pays, plus tranquille, plus chaleureux et moins touristique.

The huge road along the Croatian coast is not very friendly. Traffic is heavy and wind capricious. We do several excursions in the hinterland, quieter, warmer and less touristic.
FormatFactorycôte croate

Tu tires ou tu pointes ?

Tu tires ou tu pointes ?

Nuit dans une maison en construction, au milieu des patates!

Nuit dans une maison en construction, au milieu des patates!  / Night in a home-in-progress, surrounded by potatoes

Paysage croate

Paysage croate / Croatian landscape

Les passages de la frontière bosniaques ne se passent pas tout à fait comme prévu. Dans un anglais approximatif, les douaniers croates nous expliquent que ce tout petit poste frontière perdu dans la montagne est réservé aux « local people »… et ils nous demandent gentiment de rebrousser chemin en direction de la « vraie » frontière, soit un jour de vélo de plus pour nous. On tente la négociation mais ils ne sont pas commodes. Je me retourne une dernière fois pour photographier ce lieu maudit et de grands gestes du douanier me rendent le sourire : ça passe pour cette fois !

The passages of the Bosnian border do not go quite as planned. In barbarian English, Croatian customs tell us that this tiny border post lost in the mountains is reserved for « local people » … and they ask us nicely to turn back toward the « real » border, one day bike more for us. Negotiation on the way, but they are not convenient. I intent one last time to photograph this cursed place and grand gestures of the cop make me smile: that’s OK for now !

La minuscule épicerie

Minuscule épicerie, gros clients / Tiny  grocery, big clients

Notre chauffeur

Notre chauffeur / Our driver

Cadeau bosniasque

« Cadeau » bosniaque / Bosnian « gift »

Nous passons notre dernier jour en Croatie chez Marco, qui accueille tous cyclistes et autres voyageurs dans sa maison au bord de la mer. L’endroit est magnifique et il y a des milliers de choses à faire pour aider Marco. Mais nous ne savons par où commencer. Pour finir, on a passé de bons moments à discuter, et Pierre l’a aidé à défoncer un écrou sur la roue arrière de sa voiture. On s’est promis de revenir pour installer la douche et nettoyer le parc.

We spend our last day in Croatia in Marco’house, who welcomes all cyclists and other travelers in his house at the edge of the sea. Beautiful place and there are thousands of things to do to help Marco. But we do not know where to start. Finally, we had a good time talking, and Pierre helped smash a nut on the rear wheel of his car. We promised ourself to come back to install the shower and clean up the park.

Chez Marco

Chez Marco / Marco’s home

Réparation au marteau et au burin, en toute délicatesse

Réparation au marteau et au burin, en toute délicatesse / Hammer, delicacy…

Bricolage, toujours très délicat

Bricolage, toujours très délicat / Always delicacy

Monténégro. On arrive par la baie Kotor, c’est absolument magnifique. Sur le bord de la route, un petit chat abandonné s’agite dans tous les sens. Il commence à escalader le vélo de Pierre puis le mien. Peut-être un cycliste réincarné en chat ? Pierre n’a pas le cœur de le laisser là et l’embarque dans une de ses sacoches jusqu’à la prochaine ville où on lui achète à boire et à manger. On le laisse là, un petit message autour du coup : « Keep me, I’m alone ! »

Montenegro. We arrive by the Kotor Bay, it is absolutely beautiful. On the roadside, a small cat abandoned stirred in all directions. He begins to climb Peter’s bike then mine. Perhaps a cyclist reincarnated as a cat? Pierre does not have the heart to leave him there and embarks on one of his bags to the next town where we buy him to drink and eat. We let it there, a little message around his neck: « Keep me, I’m alone! « 

Frontière Croatie-Monténégro

Frontière Croatie-Monténégro / Bordery Croatia-Montegnegro

FormatFactoryadoption du chat

Matchka le chat / Matchka the cat

De Venezia à …Krk

carte Venise - Krk

A Venise, eh ouais mec.

A Venise, eh ouais mec.

Ah Venezzia!! Entre la soirée dans the squat de Venise, l’invitation au concert de Claudio Ambrosini, la chute dans le canal, les cafés et les sprits sur le Campo Santa Margharita et les nombreuses rencontres, on a bien cru qu’on arriverait jamais jusqu’à la piazza San Marco… Dur dur de repartir après ces 4 jours de pause!

2 SAS aventuriers cools a Venise, hang up guys !

2 SAS aventuriers cools a Venise, hang up guys !

Reconstitution de la chute légendaire de lucie, le lendemain

Reconstitution de la chute légendaire de lucie, le lendemain

Les ferries a Venise. Ben ça fait de l'ombre

Les ferries a Venise. Ben ça fait de l’ombre

La cymbale découpée manu militari

La cymbale découpée manu militari

L'ambrosophone. Ca sonne plutôt bien, l'engin est rempli d'eau

L’ambrosophone. Ca sonne plutôt bien, l’engin est rempli d’eau

Une cafetière italienne multiprise

Une cafetière italienne multiprise

Sara et Glauco, merci pour l'accueil high standing a Venise

Sara et Glauco, merci pour l’accueil high standing a Venise

 

Après Venise, direction Udine, à la recherche de Rabsel, le moine Pontacquais rencontré quelques jours avant…

Avec Gianfranco qui nous offre le café a Udine, et s'echappe. Gentlemen ces italiens.

Avec Gianfranco qui nous offre le café a Udine, et s’echappe. Gentlemen ces italiens.

Ils font des statues à notre effigie avant qu'on arrive, maintenant

Ils font des statues à notre effigie avant qu’on arrive, maintenant

Yack italien, sisi

Yack italien, sisi

Dans la montée, vers le monastère bouddiste,  quelqu'un a mis deux verres près de la source. Réincarnation assurée

Dans la montée, vers le monastère bouddiste, quelqu’un a mis deux verres près de la source. Réincarnation assurée

Om, on y est, au monastère

Om, on y est, au monastère

Mais point de Rabsel ici… ce n’est pas le bon monastère!!
Et faute d’initiation à la méditation, nous avons eu droit à un Powerpoint sur Lionnes, une société en forme de pyramide de consommateurs. Assez simple: plus tu convaincs de gens de consommer, plus ca te rapporte d’argent. On va pas nous la faire à nous!

Renzo, qui nous accueille chez eux avec Vera. Apparement j'ai une gueule d'Asterix.

Renzo, qui nous accueille chez eux avec Vera. Apparement j’ai une gueule d’Asterix.

Vera et Renzo, deux franciscains bouddhistes accueillants !

Vera et Renzo, deux franciscains bouddhistes accueillants !

Salut poupée (3m de long)

Salut poupée (3m de long)

un des milles bouddhas façonnés en prothèse dentaire. Héhé, tout mène à la réincarnation.

un des milles bouddhas façonnés en prothèse dentaire. Héhé, tout mène à la réincarnation.

Le moine Kelsang fabrique un mandala (en sable coloré). Tout est vrai dans cette scène.

Le moine Kelsang fabrique un mandala (en sable coloré). Tout est vrai dans cette scène.

Un petit tour en Slovénie et puis revient!

Slovenie !

Slovenie !

Ca caille sur le Matayur

Ca caille sur le Matayur

Re-Italie

La maman de Nikolaj, qu'on a dormi chez elle a Santa Cruce, et qu'on a vachment bien dormi et bu la ptite mirabelle maison

La maman de Nikolaj, qu’on a dormi chez elle a Santa Cruce, et qu’on a vachment bien dormi et bu la ptite mirabelle maison

Stade rongeur, on évolue doucement

Stade rongeur, on
évolue doucement

Ya des ptits dej plus cools que d'autres, vraiment

Ya des ptits dej plus cools que d’autres, vraiment

Kékés ou allergie ? Votez au 3615dermato

Kékés ou allergie ? Votez au 3615dermato

Bon ben ça y est, on quitte l’Italie pour de bon…

Frontière slovène, 2 fois en 2 jours. Chérie, tu penseras à tourner la carte ?

Frontière slovène, 2 fois en 2 jours. Chérie, tu penseras à tourner la carte ?

les yankees ont laissé ça en Slovénie

les yankees ont laissé ça en Slovénie

Petit bout de côte slovène pas bondée.

Petit bout de côte slovène pas bondée.

Slovènes salines. Slovines salènes.

Slovènes salines. Slovines salènes.

Et dans la même journée, la Croatie! Mais y avait pas de panneau pour faire la photo.

Et 3 000!

Et 3 000, dans le tunnel du Freski !

La meilleure chose qu’on a trouvé à faire pour fêter l’arrivée en Croatie c’est de se perdre mutuellement!
Pendant que j’avançais lentement, tout en râlant parce qu’il ne m’attendait pas, Pierre lançait une des plus grandes opérations de recherche de cycliste disparue. Et le tout de nuit évidemment (la reconstitution n’est pas réaliste sur ce point).

Stop stop do you speak english ?

Stop stop do you speak english ?

Arghhh, je crois que ça capte pas, ou alors y a plus de pile...

Arghhh, je crois que ça capte pas, ou alors y a plus de pile…

Café Lovac, spécialisé en recherche de cycliste en montagne : on a gagné une nuit à l'hôtel!

Café Lovac, spécialisé en recherche de cycliste en montagne : on a gagné une nuit à l’hôtel!

Ca passe pas

Ca passe pas

Silvia et Fabio à Grozjnan

Silvia et Fabio à Grozjnan

Miha et sa femme dans les rues de grosjnan

Miha et sa femme dans les rues de grosjnan

T'es sûr qu'on y va ??

T’es sûr qu’on y va ??

"Arrivée Lucie" Et ben non, on est qu'à la moitié de cette p..#?(@% de montée

« Arrivée Lucie » Et ben non, on est qu’à la moitié de cette p..#?(@% de montée

Après une matinée d’efforts surhumains on a fini par y arriver, en haut du col Ucka Vela, et on est descendu en 30 minutes (42km/h !! de moyenne marseillaise) de l’autre côté, dans la ville portuaire de Rijeka.

Bateau de la guerre de 41-45

Bateau de la guerre de 41-45, sans blague

Grue Héron

Les fameuses grues-herons cyclophages de Rijeka