Welcome to China !

Aujourd’hui, c’est deux articles pour le prix d’un et peut-être le JT 300 tant attendu !

Khorgos, la ville frontière ne ressemble en rien à son homologue kazakh. C’est une grande ville, avec de grands immeubles, des écrans animés géants, de larges routes et des véhicules électriques à deux ou trois roues dans tous les sens, c’est disneyland. On vient d’être projeté 50 ans en avant !

FormatFactoryIMG_2891

FormatFactoryIMG_2832

Champs de lavande, moulins et publicité pour la Provence chinoise

Champs de lavande, moulins et publicité pour la Provence chinoise

On prend juste le temps d’échanger un peu d’argent et on écourte la séance photo pour tenter de sortir de la ville avant la nuit. La seule possibilité semble être une énorme autoroute mais heureusement, elle est longée par une route plus petite, une sorte de piste cyclable en fait. Ça devrait pas être facile de planter la tente par ici : tout est construit, cultivé, clôturé, habité… On bifurque sur un petit chemin de terre mais c’est raté, il conduit à une maison. Peut être au milieu des arbres un peu plus loin ? L’endroit n’est pas très accueillant, c’est marécageux, ça sent pas la rose et les premiers moustiques nous attaquent… mais nous n’avons pas vraiment le choix. Un vieux monsieur s’est assis sur un banc devant la maison, on lui demande si on peut s’installer dans le coin. Il n’essaie même pas de nous parler dans sa langue et on comprend à ses gestes qu’il nous invite chez lui. On rejoint sa famille, ses enfants et petits-enfants sans doute : ils ressemblent beaucoup plus à des kazakhs qu’à des chinois, que ce soit physiquement ou dans leur langage. Je me risque à prononcer un mot de kazakh et ça marche ! En fait ils sont Ouighours, une des ethnies les plus importantes de la région. On nous sert une énorme assiette de plov, le plat traditionnel de toute l’Asie centrale et on passe une excellente soirée à regarder le globe et à faire des maths, sisi!!! Ce n’est pas tout à fait ce qu’on imaginait de la Chine, mais cette première soirée est de très bon augure !

FormatFactoryIMG_2793

Autour du globe

Autour du globe

La route jusqu’à Yining est assez ennuyeuse : elle est bordée de deux rangées de peupliers et de l’autre côté des cultures a n’en plus finir, pas un mètre carre de terre n’est laisse à l’abandon. Les champs de maïs, de pommes de terre, de blé, d’avoine sont traversés par une multitude de canaux d’irrigation et tout est au cordeau. Tout était tellement sec et désertique côté kazakh, le changement est radical et n’a rien de très naturel… Pendant notre pause de midi en contre bas de la route, un cycliste passe ! Incroyable, en voilà un deuxième ! Dans un élan d’enthousiasme, Pierre court les interpeller et le deuxième finit par faire  demi-tour mais il est pressé et ne parle pas un mot d’anglais…, la joie habituelle de rencontrer des homologues cyclistes retombe, nous sommes déçus ! En fait on se rendra vite compte que les cyclistes chinois en chine sont nombreux, la plupart ne parle pas anglais et ils sont souvent pressés. Notre difficulté à communiquer laisse place à des séquences photo interminables, toutes les combinaisons doivent être dans la boîte : toi avec moi, lui avec moi, vous deux avec moi…

Première rencontre cycliste

Première rencontre cycliste

A Yining, nous prenons un hôtel, la douche devient urgente et nous consacrons une bonne partie de l’après-midi à la visite d’un supermarché. Nous sommes bien incapables d’identifier une bonne partie des marchandises. Les rayons pâtes chinoises et sauce soja sont démesurés, il y a un tas de produits sur-emballés dans des paquets multicolores. Le rayon fromage est désappointant, il va falloir faire une croix dessus. On prend quand même la seule chose qui pourrait y ressembler, une sorte de vache qui rit, en faisant bien attention de ne ne pas choisir celui à la fraise… Au rayon charcuterie Pierre choisit une saucisse emballée dans du plastique noir, c’est pour l’expérience. Résultat des courses, le fromage est aromatisé à la vanille et le boudin noir est en fait un œuf en forme de saucisse. Un oeuf de quoi ? Allez savoir…

A l'hôtel, petit déjeuner déconcertant.... On veut du sucre !!!

A l’hôtel, petit déjeuner déconcertant…. On veut du sucre !!!

Rayon surimi

Rayon surimi

Rayon oeufs frais

Rayon oeufs frais

La fameuse vache-qui-rit...

La fameuse vache-qui-rit…

Et enfin l'oeuf-saucisse

Et enfin l’oeuf-saucisse

Après Yinning, on décide de quitter cette route plate et ennuyeuse et on s’enfonce dans les montagnes en direction d’Urumqi. Le vert des collines environnantes est un peu plus naturel que toute cette agriculture intensive qui envahit la plaine, on respire un peu. La route nous conduit dans une jolie vallée, les yourtes fleurissent un peu partout. C’est la période de la transhumance, les cavaliers conduisent les troupeaux vers les pâturages d’été et souvent un camion les suit avec tout le matériel pour construire la yourte. Un matin, des hommes nous interpellent avec de grands gestes. Je rêve de visiter l’une de leurs yourtes donc on n’hésite pas longtemps. L’intérieur est magnifique, tout décoré de tissus fleuris dans les tons rouges, on s’assoit autour d’une table basse pour prendre le thé ou manger et le soir venu, on étale les matelas et couvertures empilés dans un coin pour y dormir.

On se retrouve donc attablés avec le fameux thé au lait salé (c’est pas si mauvais), du pain, du beurre et des merveilles, aussi bonnes que celle du marché de Nay !! Les hommes présents sont venus voir l’installation dErjian, ils lui ont confié leurs troupeaux pour l’été. Erjian et a famille sont installés ici pour 3 mois et on comprendra plus tard que leur activité principale est de faire chambre d’hôtes dans leurs yourtes. Mais pour nous, c’est cadeau, nous sommes invites à manger avec eux et à rester dormir. Erjian est un peu mégalo et fait du cinéma à longueur de temps, ce qui donne lieu à de bons fous rires. Par exemple quand il me passe une bague au doigt en chantant l’hymne des mariages ! Ca y est, nous faisons partir du clan. Il a aussi une superbe voix et nous sommes tout émus de l’entendre chanter le temps du muguet (version originale russe bien sûr) en s’accompagnant avec son instrument traditionnel.

Apres une bonne balade, on redescend au campement. Kupkan est en train de faire des pains par dizaines. Je tente de l’aider mais mes mains maladroites ne font pas vraiment avancer le travail. Ensuite on assiste l’oncle dans la préparation du mouton. En quelques minutes, le bête est achevée, dépecée et découpée en petits morceaux, on sent qu’il a de l’expérience! Pierre réussit à couper un peu de bois et pour finir, on nous confie l’atelier brochettes. Pas facile de se rendre utile ! A la fin de l’après-midi, les deux enfants de la famille arrivent de la ville, ce sont les vacances ce soir, ils vont s’installer avec leur parents pour tout l’été. Aidjan, leur fille de 15 ans, se débrouille bien en anglais, ça fait du bien d’avoir une interprète. L’heure est venue de manger et on déguste les délicieuses brochettes sans savoir que ce n’est que l’apéritif… Apres ça vient une assiette de foie de mouton (hmmmmm!!) et comme on est les invités on en a une juste pour nous, puis le bouillon de mouton, puis les nouilles et la viande de mouton. On est attables avec les hommes, et on nous invite à manger manger manger… notre estomac va exploser ! Vivement la nuit dans la yourte!

Chèvres aux cornes multicolores

Chèvres aux cornes multicolores

Transhumance...

Transhumance…

à dos de chameau pourquoi pas

à dos de chameau pourquoi pas

FormatFactoryIMG_3220

On est pas bien là ?

On est pas bien là ?

FormatFactoryIMG_3244

Thé au lait salé

Thé au lait salé

Thank you Erjian !

Thank you Erjian !

Barbecue

Barbecue

Pour les gourmands le foie de mouton

Pour les gourmands le foie de mouton

n grand merci à toute la famille !

n grand merci à toute la famille !

Apres cette bonne pause, on reprend la route en direction du col. On attaque la montée par une belle journée, ça se fait bien et le sommet arrive plus vite que prévu puisqu’un tunnel a été creuse pour atteindre l’autre versant. C’est le début d’une descente interminable, avec un vent de face qui se lève dans l’après-midi. On peine à avancer dans cette vallée austère, on zigzague entre les pierres tombées sur la route et il nous faudra une deuxième journée de descente pour arriver dans la plaine.

Dans la montée

Dans la montée

Le col

Le col

Un seul panneau tous les 10 km c'est un peu léger vu l'état de la route...

Un seul panneau tous les 10 km c’est un peu léger vu l’état de la route…

FormatFactoryIMG_3469

Le paysage change radicalement, tout est plat à l’horizon, avec au milieu les énormes tours de la petite ville où nous arrivons. Nous nous arrêtons faire quelques courses et Handy nous interpelle en anglais : il est lituanien, vit ici depuis trois mois et nous propose de venir se doucher chez lui entre deux heures de cours. Nous acceptons avec grand plaisir, ainsi que l’invitation à dormir pour le soir ! Nous rencontrons aussi sa copine Azia et passons une bonne soirée à échanger sur notre ressenti sur la Chine, ce pays aux multiples facettes. Merci pour l’accueil !!

FormatFactoryIMG_3488

FormatFactoryIMG_3499

On a du mal à décoller le lendemain, peu motivés par la chaleur et la route ennuyeuse qui nous attend. Route qui s’avère vraiment désagréable en fait : c’est désertique et les zones humanisées qu’on traverse sont hyper industrialisées ou les champs sur-exploités, les rivières sont à sec, ça pue partout… on était bien dans les montagnes !

FormatFactoryIMG_3507

FormatFactoryIMG_3571

On arrive enfin à Urumqi, ville de 4 millions d’habitants, la capitale de la région du Xinjiang et on s’installe pour quelques jours parce que nous sommes en avance sur le planning ! C’est l’occasion de se reposer, d’être propre plusieurs jours d’affilée et de sentir bon, de se laisser tenter par tous les petits restos qui envahissent la ville, d’observer les chinois danser ou faire leur gymnastique dans les parcs et de rencontrer d’autres cyclos. C’est pas mal la vie citadine aussi !

Le cirque de Pekin ??

Le cirque d’Urumqi ??

Plus que quelques kilomètres avant la Mongolie, on touche au but !!

6 réflexions sur “Welcome to China !

  1. Bonjour les baroudeurs, comme dit mamie Yvette! et bises à vous!
    Quand vous serez en Mongolie, et qu’on vous fera l’honneur de vous faire manger le meilleur morceau du mouton, à savoir la tête, n’oubliez pas de prendre une photo! …Promis, vous en aurez au retour!

  2. WOWWW! Bravo, les mollets sont encore solides. Merci pour cette détente entre les révisions du bac de français pour Ihintza. A très bientôt et soyez prudents à l’arrivée. Grosses bises à tous les deux Muxu eta ikusi arte. Kristine

  3. bonjour les aventuriers !!
    et bravo à vous, vous vivez une expérience inoubliable
    on retrouve des photos de l’expédition de jean marie, de bons souvenirs
    aujourd’hui il est parti grimper le soulor, c’est moins dépaysant
    bises à vous et encore bravo
    Geneviève et Jean Marie

  4. Bé ça fait moyen envie tous ces mets différents !
    Finalement, ça passe vite puisque vous êtes déjà quasi arrivés.
    Ici, l’année scolaire s’achève et que vivent les vacances.
    bisous de Claudie et Jean-Luc

  5. La prose est très agréable à lire et les photos belles. On pense toujours à vous et quand on voit vos belles mines, ça rassure.
    Ici les vacances approchent à grands pas et la page se tourne en douceur …
    Bises et bon pédalage via mongolie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s