Turquie : un jour, un tchaï – De Bodrum à Istanbul

La légende disait vrai : "guel, tchaï"

La légende disait vrai : « guel, tchaï »

Domino non capito

Domino non capito

Quelques kilomètres après Bodrum, nous nous arrêtons dans une carrière de marbre pour demander de l’eau. Kazim, le contremaitre, comprend que nous allons camper dans la colline au-dessus. Il téléphone sans sourciller à la propriétaire de la carrière, qui parle anglais. Elle nous explique qu’il y a des sangliers aux alentours : les ouvriers nous logerons.

Kazim, Mustafa, Ramazan, Serhat, Halil sont les cinq ouvriers qui exploitent cette carrière. Ils vivent ici, dans ces baraquements. Serhat, le plus jeune, habite à l’autre bout de la Turquie. Il ne rentre chez lui que rarement. Quinze minutes après notre arrivée, les ouvriers ont arrêté de travailler. Pendant que l’un d’eux vide une des pièces pour la transformer en chambre, un autre prépare à manger. Aucun de nos hôtes ne parle anglais. De notre côté, les 10 mots de turc que nous apprenons chaque jour ne couvrent que les besoins primaires. Mais nos hôtes les satisfont sans même que nous ayons à le leur demander.

FormatFactorycarriereQuant à Kazim, nous n’avons pas la force de l’arrêter quand il bombarde nos dérailleurs de decap’four pour nous aider à nettoyer nos vélos…

FormatFactorydecap'four

Dans les jours qui suivent, nous retrouvons la tente. On en profite tant qu’il fait pas trop froid.
Notre réchaud nous a fait faux-bond, donc on cuisine au feu de bois. Et après un bon petit repas, c’est inhalation d’eucalyptus dans la tente !

FormatFactoryrechaud kaputFormatFactorykeskifait

En Turquie, plus besoin de mettre le réveil le matin. La première prière a lieu au lever du jour, entre 5 et 6 heures du matin et le muezzin ne manque jamais de nous le faire savoir. On visite de magnifiques mosquées, lieux de vie et de prière où il fait bon s’arrêter quelques instants, et déambuler sur les tapis moelleux.

Vivre sa religion avec son temps, en conciliant tradition et technologie, est un défi. Moments de vie d’un musulman. FormatFactoryVie mosquee 3FormatFactoryVie mosquee 1

Vivre sa religion avec son temps, en conciliant tradition et technologie, est un defi. Moments de vie d’un musulman.

Les routes turques ont mal accueilli nos fessiers. Après avoir zigzagué entre les nids de poule sur la route de la carrière, les cailloux concassés font vibrer nos montures.

En route vers le lac Bafa et la cité antique d'Heraklia

En route vers le lac Bafa et la cité antique d’Heraklia

Des citernes sont construites en bord de route. Elles consistent en une coupole blanche, percée d’une porte. Invariablement, un escalier descend vers un bassin de cinq mètres par cinq. Et dire que de l’extérieur, nous avons cru revoir ces satanés bunkers albanais !

FormatFactoryciterne-bunker

Heraklia est un livre à elle seule. Au milieu de ces milliers de rochers en forme de boule, la cité fut bâtie sur les rives du lac Bafa. Sa nécropole grecque rassemble 2500 tombeaux creusés à même les rochers épars dans la colline. Chaque pas est l’occasion de découvrir un nouveau couvercle de tombeau, dont les plus grands font quatre mètres de longueur, soit une tonne.

Plus tard, beaucoup d’ermites chassés du Sinaï firent de ces collines leur retraite. Ils y creusèrent des centaines de rochers en voute, ou s’installèrent sur des pitons rocheux pointus comme des colonnes (en grec stylos). On les appellera les Stylites.

En se promenant au milieu des champs d’oliviers, nous sauvons une tortue : la pauvre était sur le dos. Après les deux chiens et le chat, notre répertoire de secours animaliers s’allonge.

Aujourd’hui l’on visite les ruines au milieu du village. Les scènes sont cocasses : les vaches paissent au milieu des ruines, l’école s’appuie sur le temple d’Athéna, les bergers reconstruisent les remparts pour en faire des enclos a chèvre. C’est simple, le guichet de visite est à l’entrée du village.

Lac Bafa

Lac Bafa

Nous poursuivons notre tournée des sites antiques avec Millet, ville d’origine du célèbre Thalès. On ne pouvait pas y couper.

FormatFactoryun discours, un discours !

Visite du site antique de Millet. Seule contre 15.00. Un discours, un discours !

Le guide vert michelin 2011, une évidence

Le guide vert michelin 2011, une évidence

Arrivés à Prienne, le guichet est fermé mais le site ouvert. Nous visitons, seuls, les antiques pierres à la tombée du jour et contemplons le coucher de soleil à travers les colonnes du temple d’Athéna.
Revenus à l’entrée du site, toujours personne. Nous faisons les réparations d’usage des vélos dans les toilettes. Toujours personne, nous nous douchons. Après un petit kebab dans la seule lokanta ouverte de la ville, nous revenons vers le site. Toujours personne, nous décidons de planter la tente sous la guérite des tickets.

FormatFactoryle Guide 3

FormatFactoryYogapriene

FormatFactoryc'est une vraie photo

Voir Ephèse et mourir. Ses grandes avenues, ses bâtiments publics, son théâtre de 25.000 places, sa bibliothèque et ses maisons patriciennes font l’objet de superbes restaurations.

Dans un coin de rue, des latrines publiques. Dans une salle carrée, une banquette de marbre flanque les murs. Elle est percée de dizaines de trous. Au milieu, un bassin. Les turcs n’ont rien inventé…

Lu sur un graffiti d’époque : « Et paf, dans t’Ephese ». Quels blagueurs ces romains.

FormatFactorypaf dans tephese
En terre musulmane point de Noël. Nous passons le 24 au soir dans le bus entre Izmir et Bursa, avec une boîte de loukoums en guise de chocolats.
Le 25, on déguste un délicieux Iskender Kebap, cuit au charbon et recouvert de beurre bouillant. Et le soir, petit concert de saz, flûte et synthétiseur. Pour une fois il y a quelques femmes dans le café.

Repas de Noël. Délicieux mais ça manque de foie gras...

Repas de Noël. Délicieux mais ça manque de foie gras…

Tournée de chaï pour tout le monde

Tournée de chaï pour tout le monde

2 réflexions sur “Turquie : un jour, un tchaï – De Bodrum à Istanbul

  1. bonne année cycliste à vous 2 et plein d’aventures, si c’est sur votre itinéraire passez par la Capadoce ça vaut le détour
    bises et continuez de nous faire rêver
    Geneviève et Jean Marie

  2. Trop beau !! profitez bien …vous allez revenir RICHES de connaissances, de relations humaines, de beaux sites et de bons moments…Bzzzz à vous partager de Micheline la choriste audonnienne, qui…. quelque part vous envie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s